Essais en plein champ

Trois agriculteurs locaux ont montré de l’intérêt pour le projet de l’ADéPAM et ont proposé leurs parcelles pour faire l’objet d’essais « plein champ », sur des surfaces de 1000 à 2000 m2 chacun. Les terrains sont de trois natures différentes :
- Patrice Sainsard : argilo-calcaire
- Thomas Roche : sablo-limoneux
- Thibaut Marien : sableux

Voici une carte présentant leur situation géographique (cliquez dessus pour l’agrandir) :


Les 4 plantes ayant fait l’objet d’essais en microparcelles ont finalement toutes été gardées, et deux plantes supplémentaires ont été choisies :

La sauge sclarée - Salvia sclarea 

On tire l’huile essentielle de la distillation des fleurs de la sauge sclarée, qui diffusent dans l’air en été leur parfum. Cette volatilité de l’huile fait un défi de la distillation de cette plante : la moindre pluie, une manipulation trop importante, suffisent à faire s’évaporer l’essence précieuse. Précieuse car cette huile essentielle est recherchée en parfumerie, comme fixateur pour les parfums chyprés, fougères et orientaux. Etonnamment, bien que le parfum de la sauge sclarée soit indiscutablement très agréable, voire addictif, on y dénote deux odeurs désagréables : celle de l’urine et celle de la transpiration, pour une agréable : celle du pamplemousse. La production français d’huile essentielle de sauge sclarée n’est pas tout à fait à la hauteur par rapport à la demande, d’où son choix pour faire l’objet d’essais plein champ.


JPEG - 134.7 ko
Essai sauge sclarée - © CNPMAI 2014

La mélisse - Melissa officinalis

L’huile essentielle de mélisse faisait l’objet d’une préparation des Carmes de la rue de Vaugirard à Paris, au 17e siècle, "L’eau de mélisse des Carmes", que tout bonne mère de famille gardait sous la main pour parer à un repas trop copieux, une indigestion, un chagrin, des vertiges, des nausées, une grande joie ou une grande peine ; en bref, les troubles des sujets nerveux. En effet, l’huile essentielle de mélisse possède de grandes propriétés comme sédative du système nerveux, et digestive. Cependant, elle est très rare et très onéreuse, étant donné la très faible quantité d’huile essentielle contenue dans les feuille : il faut 5 à 10 t de mélisse fraiche pour obtenir seulement 1kg d’huile essentielle ! Cependant, étant donné sa bonne adaptation au terroir de Milly, elle a été sélectionnée pour faire l’objet d’essais plein champ.


JPEG - 53.3 ko
Essai de mélisse - © CNPMAI 2014

Les plantes ont été mises en terre au printemps 2014 et les essais ont été prévus sur la période 2014-2016, ce qui permet 2 récoltes pour les plantes qui donnent dès la 1ere année, et au moins une pour celles qui donnent à partir de la 2e année. Le but est d’avoir des données plus quantitatives sur les rendements et la faisabilité de ces cultures, et de permettre aux agriculteurs de se familiariser avec les cultures envisagées dans le cadre des essais.

Les plantes ainsi produites sont distillées dans un alambic de taille semi-industrielles pour avoir des données de rendements les plus réalistes possible.


Remonter